Foyers Saint Jean, Saint Jacques et Saint Pierre

Maisons daccueil pour les enfants et adolescents défavorisés dans la banlieue sud de Séoul

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Au fil des mois

Mois de novembre 2012

Envoyer Imprimer PDF


Dans l'hémisphère nord, le mois de novembre est volontiers synonyme de grisaille, avec une ombre de tristesse liée au souvenir de nos chers disparus. Mais les gens de la moitie sud de notre planète sont au printemps ! La liturgie de l'Eglise pourrait bien faire la synthèse...Car le mystère de la mort est un passageune traversée de la terre du triste exil vers la Patrie du bonheur...

Jésus-Christ, le premier, a ouvert ce passage. Il nous le dit dans Son testament du Jeudi Saint, en nous demandant de ne pas céder a la tristesse : » Ne soyez pas bouleversés, je m'en vais vous préparer une place ! » Et Jésus nous invite, en quelque sorte, a déjà rêver de cette Demeure du Ciel qui est déjà la nôtre ! Lisez le début du chapitre 14 de saint Jean (Jn 14, 2-11).

Penser à nos défunts, ce n'est pas facultatif, c'est un devoir de communion ! Nous devons nous efforcer de donner plus d'importance à leurs besoins réels qu'à notre recherche de consolation après leur départ ! Le Catéchisme de l'Eglise Catholique nous rappelle le sens du Purgatoire : laisser le feu de Dieu purifier l'âme afin qu'elle puisse supporter le face à Face avec Dieu. (Lisez ce passage du Catéchisme de l'Eglise Catholique n° 1472.)

Nous pouvons vivre avec les défunts une fructueuse communion spirituelle qui peut devenir plus féconde que ne l'était la présence physique sur la terre. Il y a une sorte de complicité à double sens entre les vivants et les morts : d'une part, les défunts deviennent un levain de sainteté pour leurs frères de la terre... et d'autre part notre prière pour eux est une goutte de rosée sur les tourments qui les affligent..

Demandons à la Très Sainte Vierge Marie, dans le mystère de son Assomption, d'ouvrir notre horizon : la destinée de notre voyage terrestre n'est pas le cimetière, mais la Vie éternelle.

N'est-ce pas ce que nous chantons chaque dimanche dans notre Credo ?

Père Philippe BLOT.mep


 

OCTOBRE 2012, mois du saint Rosaire

Envoyer Imprimer PDF


Le jeudi 11 octobre 2012, à l'initiative du Saint Père notre Pape Benoit XVI, nous entrons dans l'année de la FOI. Nous ne saurions nous tenir à l'écart de ce grand effort qui est demandé à tous les chrétiens pour revigorer les grâces que nous a offertes le Concile Vatican II, ouvert il y a tout juste cinquante ans !

Pour commencer notre méditation pendant ce mois d'octobre, nous pourrons laisser retentir en nous une question presque douloureuse de Jésus : » Comment se fait-il que vous n'ayez pas la foi ? » Ce qu'Il disait à ses disciples, aux prises avec la tempête sur le lac, ne serait-il pas d'une brulante actualité pour nous, qui rencontrons souvent des vents contraires ?:

« Ce jour-la, le soir venu, Jésus dit à ses disciples : » Passons sur l'autre rive. » Quittant la foule, ils emmènent Jésus dans la barque, comme il était ; et d'autres barques le suivaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait d'eau. Lui dormait sur le coussin à l'arrière. Ses compagnons le réveillent et lui crient : » Maitre, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il interpelle le vent avec vivacité et dit à la mer : » Silence, tais-toi ! » Le vent tomba et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : » Pourquoi avoir peur ? Comment se fait-il que vous n'ayez pas la foi ? » Saisis d'une grande crainte, ils se disaient entre eux : » Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? « (Évangile selon saint Marc (4, 35-41))

Il se trouve en effet que le sel de notre foi est souvent mis a rude épreuve par la pensée contemporaine... Dans sa Lettre apostolique « Porta Fidei », écrite justement pour annoncer cette année de la Foi, le Pape Benoit XVI disait que « nous ne pouvons accepter que le sel devienne insipide. » :

« Nous ne pouvons accepter que le sel devienne insipide et que la lumière soit tenue cachée (Mt 5, 13-16). Comme la samaritaine, l'homme d'aujourd'hui peut aussi sentir de nouveau le besoin de se rendre au puits pour écouter Jésus qui invite à croire en Lui et à puiser à Sa source jaillissante d'eau vive (Jn 4, 14). Nous devons retrouver le gout de nous nourrir de la Parole de Dieu, transmise par l'Église de façon fidèle et du Pain de la Vie, offerts en soutien pour tous ceux qui sont Ses disciples. (Jn 6,51). L'enseignement de Jésus, en effet, résonne encore de nos jours avec la même force : » Travaillez non pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure en vie éternelle. » (Jn 6, 27). L'interrogation posée par tous ceux qui L'écoutaient est la même aussi pour nous aujourd'hui : » Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » (Jn 6, 28) Nous connaissons la réponse de Jésus : » L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en Celui qu'Il a envoyé. » (Jn 6, 29). Croire en Jésus-Christ est donc le chemin pour pouvoir atteindre de façon définitive le Salut. » (Lettre apostolique « Porta Fidei » &3)

Jésus a le souci de nous voir ancré dans une foi solide qui guide nos actes. Puissions-nous honorer le mois du Rosaire, en méditant les mystères du chapelet et en nous confiant à la Sainte Vierge Marie, que l'on vénère comme « Rempart de la Foi », pour qu'elle nous fasse entrer résolument dans cette démarche d'Église.

Père philippe BLOT. Mep

 

 

Mois de Septembre 2012

Envoyer Imprimer PDF

alt 

Moisde septembre placé à la lumière de la Croix Glorieuse.

Pour beaucoup d'entre nous, le mois de septembre est synonyme de « fin des vacances » et reprise laborieuse du travail, de l'école...Retour au traintrain quotidien, aux ennuis, a la fatigue, au stress...

Et la liturgie de l'Église semble faire écho avec cette impression puisqu'elle place au milieu de ce mois la fête de La CROIX GLORIEUSE, suivie de celle de Notre Dame des Douleurs.

Mais ne nous laissons pas troubler par ces questions de sensibilité superficielle... Au-delà d'un premier mouvement de mélancolie et de tristesse, sachons vite prendre de la profondeur et rayonnons de joie et d'espérance au cours de nos activités et rencontres journalières.

En contemplant la SAINTE CROIX, ne sombrons pas dans le dolorisme ! Au contraire à l'ombre de la Sainte Croix mesurons la folie de l'Amour et de la Miséricorde que Dieu nous porte chaque jour : Méditons ces paroles de l'Apôtre saint Paul :

Lettre aux Romains (8, 31-39)

« Il n'y a rien deplus : Si Dieu est pour nous,qui sera contre nous ? Il n'a pas refusé Son propre Fils, Il l'a livré pour nous tous : comment pourrait-Il avec Lui ne pas donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Puisque c'est Dieu qui justifie ! Qui pourra condamner ? Puisque Jésus-Christ est mort...Plus encore : Il est ressuscite, Il est à la droitede Dieu, et Il intercède pour nous. Qui pourra nous séparer de l'Amour du Christ ? La détresse ? L ' angoisse? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le supplice ?... L'Écriture dit en effet : c'est pour Toi qu'on nous massacre sans arrêt, on nous prend pour des moutons d'abattoir !Oui, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à Celui qui nousa aimé. J'en ai la certitude : ni la mort, ni la vie, ni les esprits, ni les puissants, ni le présent, ni l'avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abimes,ni aucune créature, rien ne pourra nous séparer de l'Amour de Dieu qui est en Jésus-Christ Notre Seigneur. »

En écho à cette assurance paulinienne, écoutons aussi notre Saint Père, notre Pape Benoit XVI,nous inviter a « ne pas avoir honte de la Croix du Christ », mais plutôt à savoir élever fièrement la Sainte Croix pour montrer au monde entier jusqu'où va l'Amour et la Miséricorde de Dieu pour les hommes !

Homélie du PapeBenoit XVI a Lourdes le 14 septembre 2008 :

« En levant les yeux vers le Crucifié nous adorons Celui qui est venu enlever le pêché du monde être donner la Vie éternelle. Et l'Église nous invite à élever avec fierté cette Croix Glorieuse pour que le monde puisse voir jusqu'où est allé l'Amour du Crucifié pour les hommes, pour tous les hommes. Elle nous invite à rendre grâce à Dieu parce qued'un arbre qui apportait la mort a surgi à nouveau la Vie. C'est sur ce boisque Jésus nous révèle Sa souveraine majesté de Sauveur, nous révèle qu'Il estexalte dans la gloire des Cieux. Oui, « Venez, adorons-Le ! ». Au milieu de nous se trouve Celui qui nous a aimés jusqu'à donner Sa vie pour nous, Celui qui invite tout être humain à s'approcher de Lui avec confiance... »

Oui, Laissons-nous entrainer par et vers la Croix ! Élevons-la bien haut et montrons-la aux hommesdu monde entier, car le Salut du monde passe par elle !

La Croix est notre signe de victoire sur le mal et le pêché ! ... Une victoire acquise pour nous !

Au cours de ce mois,en méditant sur le mystère de la Passion de Jésus et les souffrances de Marie co-rédemptrice, offrons nous aussi, quelques sacrifices en union avec Jésus et Marie pour participer au Salut du monde.

Que la Sainte Vierge Marie, Mère des douleurs, nous entoure de son manteau de compassion afin que nous apprenions avec elle à rester « debout au pied de la Croix ».

Père Philippe BLOT. Mep

 

 


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Rechercher

Adresse du foyer

 
Maison Saint-Jean 435-010 
Gyeongi-do Gunpo
Dang-dong 915-15
Corée du Sud
tel: (82)(0)31-393-3569
 

Missions Etrangères

 
Les MEP
128, rue du Bac Paris
France
Tel: +33 (0)1 44 39 10 40
 


Au hasard du site...