Foyers Saint Jean, Saint Jacques et Saint Pierre

Maisons daccueil pour les enfants et adolescents défavorisés dans la banlieue sud de Séoul

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Au fil des mois

Mois de février 2013

Envoyer Imprimer PDF



Pour ce mois de février l’intention de prière proposée par le Saint-Père, notre Pape Benoît XVI, m’a un peu surpris ! : « Prions pour que ceux qui souffrent de guerres et de conflits soient des protagonistes d’un futur de paix ! »

Mon premier mouvement a été de penser : ceux qui souffrent des guerres et des conflits sont des « victimes », pas des « protagonistes » !

A la réflexion j’ai réalisé que ma « protestation » était trop humaine, trop empreinte du pessimisme contemporain !

Le saint Évangile, et l’enseignement de l’Église, qui le transmet depuis des siècles, seraient « trahis » si on cédait à cette pente descendante trop humaine !

En Jésus-Christ, les victimes sont les vrais vainqueurs ! Notre perspective est d’entrer dans le Royaume de Dieu ! Et c’est ainsi que nous pouvons lire dans les Actes des Apôtres :

« Paul et Barnabé affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le Royaume de Dieu. » (Ac 14, 22)

Dans son message pour la journée mondiale des malades qui sera célébrée ce 11 février 2013, le Pape Benoît XVI nous ouvre des perspectives courageuses dans ce sens. Je vous en cite quelques brefs extraits. Mais ce message destiné aux malades vaut le mérite d’être lu en entier surtout si vous ou vos proches sont « visités » par la souffrance :

Extraits du Message du Pape Benoît XVI à l’occasion de la 21ème journée mondiale des malades :

S’adressant aux malades, le Saint-Père fait d’abord une citation du Concile Vatican II :

« Qu’à tous parviennent les paroles rassurantes des Pères du Concile œcuménique Vatican II : « Vous n’êtes ni abandonnés ni inutiles ; vous êtes les appelés du Christ, vous êtes Sa transparente image. »

Plus loin Benoît XVI cite sa propre encyclique « Spe Salvi » :

«  Ce n’est pas le fait d’esquiver la souffrance, de fuir devant la douleur, qui guérit l’homme, mais la capacité d’accepter les tribulations et de mûrir par elles, d’y trouver un sens par l’union au Christ, qui a souffert avec un amour infini. »

Faisant  ensuite allusion à l’Année de la Foi dans laquelle nous sommes engagés, le Pape cite plusieurs exemples de Saints qui ont participé à cette corédemption en union avec les souffrances et la Passion de Jésus-Christ... dont Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face :

« Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, « experte en scientia amoris (science de l’Amour) » (expression empruntée au bienheureux Jean-Paul II) sut vivre « en union profonde avec la Passion de Jésus », la maladie qui la conduira « à la mort à travers de grandes souffrances » (expression du Pape Benoît XVI lui-même).

Pour terminer nous pourrons méditer sur le mystère de la souffrance... Ceux qui souffrent dans leur corps ou leur esprit ne sont pas des inutiles mais des corédempteurs s’ils s’unissent avec Jésus !

Il faut à l’Amour des preuves ! Puissions-nous ne pas rester sourds à l’appel de Jésus tout en restant humbles : soyons de plus en plus petits comme l’a été saint Jean Baptiste. N’est-ce pas cela que nous rappellera la Parole de Dieu au cours de la Messe du mercredi des Cendres au milieu de ce mois de février ?

Passez aussi un saint Carême avec Jésus qui nous dit dans le creux de l’oreille : « Le chemin qui vous conduit au Royaume est escarpé, allez doucement et prudemment ! N’ayez pas peur ! Avec Moi ne craignez rien ! »

Père philippe BLOT.mep

 

BONNE et HEUREUSE ANNÉE 2013 !

Envoyer Imprimer PDF

Sassoferrato, Le sommeil de l'Enfant Jésus

Dans son message pour la journée mondiale de la Paix en ce début de l’année 2013, le Pape Benoit XVI se fait l’écho vivant de Jésus sur la Montagne des Béatitudes : « Heureux les artisans de Paix ». On pourrait traduire en langage concret : Heureux ceux qui cisèlent la paix ... par opposition à ceux qui forgent des armes de division et de haine.

Mais comment un chrétien peut-il participer à cette « fabrication » ? Sans doute pas en donnant de la voix dans les conférences internationales où siègent les grands de ce monde en vue de résoudre les conflits de notre planète ! Certes ces conférences sont indispensables, cependant elles ne porteront aucun fruit s’il n’y a pas des fleuves souterrains de prières et de paix ! Et c’est là que les petits que nous sommes ont leur rôle à jouer, un rôle irremplaçable !

C’est dans le monde invisible que germe la Paix que Dieu seul peut donner, la Paix léguée par Jésus, le Jeudi Saint. Cette Paix qui descend du Ciel ne peut atteindre la terre que par des canaux spirituels, que sont les cœurs humains ! Et nos âmes ne peuvent être porteuses de paix que si elles sont elles-mêmes pacifiées, c’est-a-dire imprégnées de paix :

« Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m’aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, Lui, vous enseignera tout, et Il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés ni effrayés. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. »

(Évangile de saint Jean 14, 23-28)

Dans son message, le Saint Père fait référence à un de ses prédécesseurs, le Bienheureux Jean XXIII, qui écrivit l’encyclique Pacem in Terris. Lisons un extrait de cette encyclique car elle nous donnera quelques pistes à méditer pour laisser l’Esprit Saint, en ce début d’année nouvelle,  faire en nous son travail de pacification qui fera de nous des « bâtisseurs de Paix » :

« C’est cette paix apportée par le Rédempteur que Nous lui demandons instamment dans Nos prières. Qu’Il bannisse des âmes ce qui peut mettre la paix en danger, et qu’Il transforme tous les hommes en témoins de vérité, de justice et d’amour fraternel. Qu’Il éclaire ceux qui président aux destinées des peuples, afin que, tout en se préoccupant du légitime bien-être de leurs compatriotes, ils assurent le maintien de l’inestimable bienfait de la paix. Que le Christ, enfin, enflamme le cœur de tous les hommes et leur fasse renverser les barrières qui divisent, resserrer les liens de l’amour mutuel, user de compréhension à l’égard d’autrui et pardonner à ceux qui leur ont fait du tort. Et qu’ainsi, grâce a Lui, tous les peuples de la terre forment entre eux une véritable communauté fraternelle, et que parmi eux ne cesse de fleurir et de régner la paix tant désirée. » (Pacem in Terris- 171)

Voilà en quelques mots ce qui est la belle mission que Jésus nous a confiée, à nous les chrétiens : accueillir et faire régner autour de nous l’harmonie et la paix qui ensemencent et ré-évangélisent tous les peuples de la terre !

Bonne et sainte année de Paix et de Foi unis dans les  Saints Cœurs de Jésus et Marie.

Père Philippe BLOT.mep

 

Mois de décembre 2012: L’attente de l’Avent

Envoyer Imprimer PDF


Chers frères et sœurs,

Le mois de décembre oriente nos cœurs vers le mystère de l’Enfant-Dieu. Les imaginations humaines attendaient volontiers la manifestation divine sous une forme éclatante. On rêvait d’un messager céleste apparaissant sur les nuées du ciel. On désirait qu’un roi règne enfin sur le monde, qu’un guerrier puissant vienne mettre au pas toutes les violences qui défigurent notre terre d’exil.

Et voilà que c’est un tout petit Enfant, né dans une mangeoire d’animaux, qui nous est donné et offert comme Sauveur !

Le Pape Benoit XVI nous invite à nous prosterner devant la fragilité de l’Enfant-Dieu où se cache une puissance que le monde ne soupçonne pas :

« Dieu est apparu, comme un enfant. Par cela même Il s’oppose à toute violence et apporte un message qui est la paix. En ce moment où le monde est continuellement menacé par la violence en de nombreux endroits et de diverses manières ; où il y a toujours encore des bâtons de l’oppresseur et des manteaux roulés dans le sang, nous crions vers le Seigneur : « Toi, le Dieu-Fort, Tu es apparu comme un enfant et Tu t’es montré à nous comme Celui qui nous aime et Celui par lequel l’Amour vaincra. Et Tu nous as fait comprendre qu’avec Toi, nous devons être des artisans de paix. »

Nous aimons Ton être-enfant, Ta non-violence, mais nous souffrons du fait que la violence persiste dans le monde, c’est pourquoi nous Te prions aussi : Montre Ta puissance, ô Dieu ! En notre temps, dans notre monde, fais que les bâtons de l’oppresseur, les manteaux roulés dans le sang et les chaussures bruyantes des soldats soient brulées, et qu’ainsi Ta Paix triomphe dans notre monde. » (Homélie du 24 décembre 2011)

 

Un Enfant est confié à notre contemplation comme une invitation pressante à chercher les vraies valeurs du coté de l’intériorité, celle qui se cache dans la fragilité humaine... Regardons les enfants comme des icônes privilégiées de la Présence céleste cachée au plus intime de chacun de nous, même des plus déconsidérés. Quand nous blessons l’âme d’un enfant, nous atteignons directement le Cœur de Dieu :

« Les disciples s’approchèrent de Jésus et Lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant ; Il le plaça au milieu d’eux, et Il déclara : « Amen, je vous le dis : Si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille. Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu’on lui accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on l’engloutisse en pleine mer... Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. » (St Matthieu 1, 1-9)

Ces paroles de Jésus sont une invitation adressée aux grandes personnes que nous sommes : respecter, retrouver, cultiver, soigner l’esprit d’enfance qui reste essentiel à la vérité de notre être tel qu’il est en réalité devant Dieu. Malgré toutes nos déviations et toutes les blessures qui nous ont été infligées par la vie (ou que nous nous sommes infligées a nous-mêmes), il reste, comme le dit un maître spirituel, « un peu d’or pur que l’extérieur cache ! C’est là que le Seigneur se cache. »

Puissions-nous profiter de la grâce de l’Avent, faire silence pour entendre Jésus murmurer au creux de notre oreille : « Regardes ! Ton coeur est une crèche où je viens renaître pour apporter la Paix au monde. »

Joyeux et saint Noël !

Père Philippe BLOT.mep


 


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Rechercher

Adresse du foyer

 
Maison Saint-Jean 435-010 
Gyeongi-do Gunpo
Dang-dong 915-15
Corée du Sud
tel: (82)(0)31-393-3569
 

Missions Etrangères

 
Les MEP
128, rue du Bac Paris
France
Tel: +33 (0)1 44 39 10 40
 


Au hasard du site...