Foyers Saint Jean, Saint Jacques et Saint Pierre

Maisons daccueil pour les enfants et adolescents défavorisés dans la banlieue sud de Séoul

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Au fil des mois

Mois d’AOUT, temps privilegié pour s’approcher de la Sainte Vierge dont on fête l'ASSOMPTION!

Envoyer Imprimer PDF

En ce mois d’août où beaucoup d’entre nous sont en vacances, n’oublions pas de nous rapprocher de notre Mère du Ciel en préparant cette grande fête qu'est son Assomption.

Dans le Magnificat, Marie dit : «Désormais, toutes les générations me diront Bienheureuse. » La Mère de Dieu prophétise ainsi les louanges mariales de l’Eglise pour tout l’avenir, c’est-a-dire la dévotion mariale du Peuple de Dieu qui durera jusqu'à la fin des temps.

Nous ne louons pas suffisamment Dieu si nous ne disons rien sur Ses saints, en particulier sur «la Sainte» qui est devenue Sa demeure sur la Terre, la sainte Vierge Marie.

En voyant le visage de Marie, nous pouvons voir, plus que par d’autres moyens, la beauté de Dieu, Sa bonté, Sa miséricorde. Nous pouvons réellement percevoir la lumière divine dans ce visage.

Nous pouvons louer Marie, vénérer Marie, parce qu’elle est «bienheureuse», et ce pour l’éternité. Tel est le contenu de cette fête de l’Assomption. Bienheureuse, parce qu’elle est unie à Dieu, qu’elle vit avec Dieu et en Dieu. Marie est «bienheureuse» parce qu’elle est devenue, totalement corps et âme, et pour toujours, la demeure sainte du Seigneur.

Marie nous invite non seulement à l’admiration, à la vénération, mais elle nous guide, elle nous montre le chemin de la Vie, elle nous montre comment nous pouvons devenir bienheureux, comment trouver le chemin du bonheur.

Rendons grâce au Seigneur, en ce mois d’aout, en ce temps de vacances, pour cette glorification de Marie, Sa Mère et notre Mère.

Et prions Marie, la Reine de la Paix, pour qu’elle aide à la victoire de la paix dans toutes les familles, dans tous les pays du monde aujourd’hui :

«Reine de la Paix, priez pour nous ! »

Avec Marie, passez, en famille, un joli mois d’août dans la joie et la paix.

Père Philippe BLOT.mep

 

Mois de mai : unissons-nous à Marie pour qu’elle rayonne par nous!

Envoyer Imprimer PDF

La grâce de notre XXIe siècle, c’est la Sainte Vierge Marie!

Le cœur d’une maman est ce qu’il y a de plus beau sur la terre, et ce n’est pourtant qu’un reflet du Cœur immaculé de notre Mère du Ciel. Au cours de ce mois marial, enfonçons-nous donc dans cet abîme de tendresse et d’amour maternel: nous y trouverons la vie, la paix, la joie. C’est là le secret de toute vie spirituelle intensément mariale.

Cette vie spirituelle en union avec Marie sera d’autant plus riche et féconde si elle s’enracine dans un commerce intime et ininterrompu avec notre Mère céleste. Vivons cachés dans  le Cœur de Marie, portés dans le sein vivifiant où voulut prendre vie le Fils unique du Dieu vivant, le Christ Jésus… « Se perdre dans le sein de Marie » disaient  saint Bernard et saint Louis Marie Grignion de Montfort.

Il faut se livrer à Marie avec la simplicité des tout-petits pour lui procurer le bonheur maternel de nous infuser l’amour de Dieu et des âmes.
En ce mois de mai, demeurons en Marie, et ainsi le feu de l’Amour et de la Miséricorde consumera nos cœurs au fur et à mesure.

Se perdre en Marie, c’est se placer sous l’influence de l’Esprit-Saint.  Marie est en nous spirituellement présente, et nous sommes en elle; c’est en elle que nous possédons Dieu. Il faut donc vivre par la foi dans le cœur de notre Mère. Elle est en moi, je suis en elle, par une intimité supérieure à celle qui existe entre la mère et l’enfant qu’elle porte en son sein. Il y a une union spirituelle d’une profondeur inimaginable.

Quel bonheur que de penser:” Je suis dans le Cœur de Marie, ma Mère si tendre et si puissante.”

Il faut agir avec Marie, comme le tout-petit avec sa maman. Si j’ai de la peine, je peux l’effacer en allant pleurer en Marie. Et si la joie m’envahit, je vais la partager avec Marie. Si j’ai une difficulté, un fardeau a porter, je m’adresse à Marie pour qu’elle m’aide à le porter.

Restons donc tout petit pour plaire à Marie et lui donner la joie de nous aimer comme elle seule sait le faire, afin de nous apprendre à aimer Jésus, son Fils et notre Sauveur.

Père Philippe BLOT.mep

 

Pâques 2010, et la miséricorde comme le vrai visage de Dieu

Envoyer Imprimer PDF

« La prière est plus forte que Dieu » disait le cardinal BOURNE. Le Seigneur l’a mise dans le cœur de l’homme, dans toute sa vie, dans son organisme même, car l’homme a besoin de prière autant que son corps a besoin d’oxygène.

PRIER c’est élever son âme vers Dieu en dialoguant avec Lui, comme un enfant avec son père , que ce soit en se servant de formules consacrées, de prières transmises par des générations ou des prières enseignées par Jésus Lui-même, comme le « Notre Père ».

Et voici qu’au 20ème siècle Jésus Lui-même a dicté à une âme privilégiée une prière magnifique : Le CHAPELET DE LA MISERICORDE.

Jésus, adoptant la méthode du chapelet, confie à une religieuse polonaise une nouvelle formulation de cette discipline répétitive du temps consacré à la prière.

alt

SOEUR FAUSTINE :

Hélène KOWALSKA, troisième de dix enfants, est née le 25 août 1905 dans le village de Glogowice, en Pologne, dans une famille pauvre et pénétrée d’un esprit profondément religieux. Hélène est une enfant exceptionnellement pieuse, priant sans cesse.

A seize ans, tout en travaillant comme servante dans une ville voisine, elle se sent appelée à donner sa vie au Seigneur, et ainsi le 1er aout 1925 elle est admise à entrer dans la Congrégation de la Mère de Dieu et de la Miséricorde divine à Varsovie. Elle débordait de joie : « J’entrais au couvent comme on entre au paradis ! »

Elle est alors envoyée à Cracovie pour commencer son noviciat, puis prend l’habit religieux et reçoit le nom de Marie-Faustine.

C’est en 1933 qu’elle y prononce sa profession perpétuelle et aura la vision de Jésus miséricordieux. Elle rencontrera alors l’abbé SOPOCKO qui deviendra son confesseur à qui elle confiera ses visions de Jésus miséricordieux.

Le 25 mars 1938 sœur Faustine voit Jésus qui s’incline vers elle en lui disant : « Ma fille, aide-moi à sauver les pécheurs »

alt

Sœur Faustine s’immole donc dans une lutte sans merci pour sauver les âmes. Et le 5 octobre 1938, elle fait ses adieux au monde, offrant sa vie pour le triomphe de la Miséricorde divine dans les âmes… elle a alors 33 ans, comme le Seigneur Jésus mourant sur la Croix !

Sœur Faustine, béatifiée le 18 avril 1993, a été la première canonisée de l’Année sainte 2000, le 30 avril, le dimanche qui suit celui de Pâques, désormais appelé « dimanche de la Miséricorde divine »

Que ce mois d’avril soit donc placé sous ce vocable de la Divine Miséricorde et que la totalité de l’œuvre du Salut du monde se réalise selon les désirs du Seigneur Jésus, notre Seigneur et notre Dieu !

« Jésus, j’ai confiance en Toi ! »

Père Philippe BLOT.mep

 


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Rechercher

Adresse du foyer

 
Maison Saint-Jean 435-010 
Gyeongi-do Gunpo
Dang-dong 915-15
Corée du Sud
tel: (82)(0)31-393-3569
 

Missions Etrangères

 
Les MEP
128, rue du Bac Paris
France
Tel: +33 (0)1 44 39 10 40
 


Au hasard du site...