Foyers Saint Jean, Saint Jacques et Saint Pierre

Maisons daccueil pour les enfants et adolescents défavorisés dans la banlieue sud de Séoul

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Culture et société en Corée

Joies et déceptions en terres nord-coréennes

Envoyer Imprimer PDF

Petit rapport succinct sur mon sejour en Coree du Nord (du 11 au 25 octobre 2011)

 

Cela faisait 4 ans que je n’étais pas retourné en Corée du Nord et je gardais dans ma mémoire l’image d’un pays fermé (« Ce pays est si ferme que personne, ni Dieu, ni Bouddha, ne peuvent y entrer sans visa !) et opaque dont la population vivait dans une situation d’oppression et de disette permanentes...
Comme la dernière fois, au sein de l’équipe « Eugene Bell » je suis le seul prêtre catholique , représentant la Societe des Missions Etrangeres de Paris, puisque le superieur des Maryknoll s’est désisté au dernier moment en raison de pépins de sante...


L’équipe d’Eugene Bell en place est donc composée du docteur LINTON et de sa femme (Cecilia); du docteur américano-coréen, Justin (appelé KG), spécialiste en tuberculose ; un étudiant lui aussi americano-coréen diplomé d’Harvard, Joshua, qui s’occupera de la partie pharmaceutique dans les divers hopitaux ; et un professeur de droit (et pasteur baptiste), Wayne, américain originaire de l’Etat du Texas qui enseigne depuis 5 ans dans l’université internationale d’Handong a Pohang en Coree du sud.
Les affaires administratives se sont simplifiées puisqu’on n’a plus besoin d’aller chercher notre visa à l’ambassade nord-coréenne de Pékin car une dame de l’agence de voyage Koryo le fait a notre place.
La grande surprise est d’arriver dans le petit aéroport de Pyongyang qui vient juste d’être  renové il y a  5 mois.. Les tracasseries douanières sont moins pénibles.. Seuls les télephones portables et les ordinateurs portables sont confisqués et seront rendus dans 15 jours quand nous repartirons sur Pékin...
  Nos cinq « anges gardiens » , membres officiels du ministère de la Santé de Corée du Nord , nos deux chauffeurs (dont un était déjà là il y a 1 an) et deux techniciens (caméraman et technicien pour les photos X-Ray) et un docteur nord-coréen spécialiste aussi en tuberculose, nous accueillent chaleureusement  et nous conduisent a l’Hotel « BOTTONG GANG » (en plein centre de la capitale) qui sera notre demeure pendant tout notre séjour.


La premiere journee a été consacrée a faire l’inventaire des caisses de médicaments et autres matériels qui étaient arrivés par bateau plusieurs semaines auparavant, et à dessiner un plan detaillé (heures, sites, ...) pour les deux semaines a venir...
Nous avons visité 8 dispensaires pour tuberculeux et rencontré environ 800 malades sans compter les équipes médicales (docteurs et infirmières) qui vivent et travaillent sur place.
Par rapport à ce que j’avais vécu lors du dernier séjour, les visites sont mieux organisées.. Chacun des membres de l’équipe « Eugene Bell »  a une tache bien précise à remplir pendant la journée passée dans le dispensaire et tous, étrangers comme nord-coreens, font de leur mieux pour que le travail se fasse bien et vite.


Les caisses de medicaments sont « personnalisées » au nom de chacun des malades  et remises en mains propres aux destinataires (avec photo à l’appui). Chaque caisse contient des médicaments à prendre pour 6 mois et coûte 400 dollars, somme énorme pour un pays si pauvre comme la Coree du Nord ! Aussi on prend toutes les mesures pour que ces médicaments soient bien pris par le malade à qui ils sont destinés... :
Photos individuelles, prises de films-videos avec la caméra, feuilles de maladie pour chacun des patients, entretien personnel avec chaque tuberculeux par Justin (KG) docteur américain-coréen...
Chaque tuberculeux doit donner son « crachat» qui est recupére dans une pipette marquée à son nom et qui sera envoyée dans un laboratoire d’analyses en Corée du sud.
Une radio des poumons pour chacun est prise aussi grâce à un équipement « portatif » X-Ray transporté dans un de nos deux camions.

Enfin, parmi les autres choses très importantes est le discours du docteur  à tous les malades et équipes médicales de chaque dispensaire, cours d’informations concrètes sur la maladie de la tuberculose elle-même...( Ses origines et causes, sa naissance et développement dans le corps, ses effets destructeurs et mortels, sa contagion ...) et l’importance vitale de la prise individuelle et journalière des médicaments apportés  de l’étranger et à consommer pendant toute la période du traitement qui peut aller jusqu’a 2 ans !!
On s’est rendu compte au fil des années (5 ans de visites en Corée du Nord) que les tuberculeux n’ont pas du tout conscience de la gravité de leur maladie, sauf ceux qui sont déjà en phase terminale(corps squelettiques, respiration intermittente et difficile, paralysie...)...

On a toutes les peines du monde à obliger les malades à rester (sans sortir) 2 ans dans le dispensaire... Toutes les « excuses » sont valables pour retourner chez soi (enfants à éduquer, père malade, grossesse...). Or arrêter ou interrompre même momentanément un traitement est dangereux pour le candidat lui-même qui ne prend plus ses médicaments chez lui, et pour tous les membres de sa famille qu’il va retrouver et donc, sans le savoir, contaminer ...
L’enseignement aux malades sur la prise des médicaments est aussi capitale car les médicaments sont très forts et provoquent fièvre, maux d’estomac, envie de vomir, malaises... or, même avec ces symptomes, il faut que le malade les prennent tous les jours régulièrement et ceci jusqu’a la fin du traitement...

Pour cela, on  nomme un « chef » d’équipe de 5-6 malades qui sera responsable de la bonne prise des médicaments et oblige les malades à prendre leurs médicaments en présence d’un des membres de l’équipe médicale qui vit sur place avec eux... D’ailleurs une partie des infirmiers ou infirmières ont eux aussi été contaminés par la maladie et doivent aussi se soigner... Pour le personnel soignant encore « sain » on a fait venir des caisses de masques hygièniques et insiste à ce qu’ils les utilisent regulièrement, que ce soit quant ils sont en contact avec les malades ou lorsqu’ils font des recherches sur les crachats des malades en laboratoire.

A chaque dispensaire que l’on visite, les joies et peines sont partagées... C’est ainsi qu’on apprend qu’ un certain pourcentage de malades ont « rechuté » (interruption des médicaments pour différentes raisons) et doivent quitter le dispensaire car les médicaments ne font plus effet sur eux... Ils mourront dans les 5 ans.. C’est triste de les voir partir... A ce propos j’ai discute avec tous les membres de l’équipe et des membres du ministère pour un projet de construction d’un « hospice » pour les malades qui ont echoué... Pour d’autres malades, plus chanceux, après une analyse des photos de leurs poumons, on leur donne une nouvelle (et dernière) chance... Ils ont le sourire aux lèvres..

Un temps de joie partagé aussi est la remise de manière symbolique d’un collier de friandises pour ceux qui ont « réussi » à prendre leur traitement jusqu’au bout et qui peuvent repartir tout-à-fait guéris chez eux..

Sur ce point, quelquefois, on assiste à des scènes un peu bizarres en ce sens qu’être gueri n’entraîne pas la joie pour tous.. Certains « guéris » devront quitter, le coeur triste, le dispensaire, lieu où ils mangent à leur faim et ou règne une atmosphère d’entraide.. Certains pleurent car ils devront repartir chez eux et retrouver les difficultés de la vie quotidienne..

Enfin l’autre déception et je dirai même tristesse, est de voir en fin de journée des quantités d’autres personnes, qui se sentent touchées par la tuberculose, viroitant autour du dispensaire pendant notre visite et qui aimeraient elles aussi être prises en charge par « Eugene Bell »... Certaines d’entre elles (cas urgents) sont integrées dans l’équipe des malades du dispensaire, mais les autres, faute de médicaments suffisants, sont « refoulés »...


Une des autres grandes déceptions fut le voyage au port de HAEJU où notre association « Eugene Bell » avait envoyé, grâce à des bienfaiteurs, 60 tonnes de céréales pour distribuer dans les écoles et hopîtaux… Or nous devions prendre des photos de la cargaison de céréales qui devait se trouver dans un entrepot du port, mais tout avait été déjà « distribué » et ceci sans preuves, sans papiers...
La responsable du secteur tenta de justifier la rapide distribution de la nourriture en expliquant qu’une disette s’etait déclarée aux mois de juillet et août (pluies torrentielles) qui avait obligé les autorités communistes de la région à accelérer le ravitaillement aux populations des villages... Mais elle ne put pas dire où avait été distribué réellement les 60 tonnes de céréales !!


Les militaires ont-ils profité de la grande partie de la cargaison ? Une partie a-t-elle ete vendue, profitant à certains responsables (marche noir)? Notre décéption fut grande et on promit qu’on ne fera plus de distribution de nourritures dans ces conditions...


Voila mes impressions sur ce sejour dans ce pays « insolite » sur beaucoup d’aspects.. Notemment cette propagande abrutissante (culte délirant du dictateur, KIM JONG IL (il est maintenant décéde et remplacé par un de ses fils KIM JUNG UN), et de son feu pere, KIM IL SUNG (dont on fetera le 100 eme anniversaire de sa naissance l’an prochain puisqu’il etait ne le 15 avril 1912) en forme de slogans que l’on voit écrit sur les murs à tous les coins de rue...

Un pays qui a l’air de survivre grâce aux aides de la communauté internationale et qui pratique le chantage quant à la déstabilisation de la région... Un pays pauvre mais curieusement très propre(lorsqu’on vient de la Chine sale et negligée, l’effet est saisissant !)


Un pays où l’état des hopitaux est lamentable (pas d’antibiotiques, pas d’antiseptiques, de compresses.. Les seringues manquent, les médicaments, les désinfectants et même les savons manquent !!) ..Un pays où seule une minorité proche du sommet du pouvoir vit à peu près bien... Un pays où des familles entières sont envoyées dans des goulags en raison de « l’écart de conduite » d’un des leurs... Un pays où sévit une grande répression reposant sur un pilier majeur: l’ignorance du monde exterieur... Un pays où des milliers de gens s’enfuient vers la Chine ( il y aurait plus de 20.000 refugies )...


Par rapport à mon dernier séjour en Corée du Nord  je me suis apercu donc que, sur le fond, peu de choses ont changé. La propagande est toujours aussi lourde. S’il y a moins de difficultés pour l’équipe médicale à se déplacer et à travailler dans les différents dispensaires, c’est bien parce que les autorités nord-coréennes reconnaissent les bons résultats du traitement de la tuberculose par « Eugene Bell » dans leur pays complétement désorganisé dans ce domaine, faute de moyens...  En quittant ce pays « ermite » pour le monde « libre » je me suis fait la promesse de prier Notre Dame de Fatima encore davantage pour la réunification Nord-Sud qui finira bien tôt ou tard à se réaliser.

Fait le 5 novembre 2011 a Gunpo(diocèse de Suwon) en Corée du Sud.
Pere philippe BLOT, de la Sociéte des Missions Etrangères de Paris.
 

 

Les 103 Martyrs de Corée

Envoyer Imprimer PDF

Qui étaient ils?


On donne généralement le nom de "martyrs" à des personnes qui donnent leur vie pour une juste et noble cause. Mais, nous chrétiens, nous appelons "martyrs" ceux qui donnent leur vie pour Dieu, qui sacrifient leur vie pour Dieu et Son Église.

Nous savons que l'Église a commencé au milieu des persécutions et qu'après Jésus Christ, on peut le dire, les fondateurs de l'Eglise ont été des martyrs. Beaucoup de premiers chrétiens ont donné leur vie à Dieu comme confesseurs de la foi. Les premiers papes ont tous été des martyrs. C'est ainsi que jusqu'à la fin des temps carolingiens, l'Eglise a réservé le titre de "saints" et de "saintes" aux martyrs seulement. On appelait donc "saints" et "saintes" ceux et celle qui avaient été martyrs. Nous pensons que rien n'éclaire mieux un chrétien sur le sens profond de sa religion que l'histoire extraordinaire des martyrs au cours des siècles. C'est pourquoi l'Eglise de Corée consacre le mois de septembre aux saints martyrs de son pays (103).
Lire la suite...
 

Le chamanisme

Envoyer Imprimer PDF

Qu’est-ce que le chamanisme ?

Le chamanisme n’est pas une pensée ou une religion. Il n’a pas de texte, de hiérarchie ou de lieu de culte, c’est une forme de croyance primitive.

C’est une pratique rituelle qui provient des sociétés de chasseurs, notamment de Sibérie.

Dans les sociétés qui ont cessé de chasser, si le chamanisme perdure, le rite est détaché du corps de l’animal, mais il lui est toujours marqué de respect par des offrandes… c’est le cas, par exemple, de la tête de porc lors de la cérémonie du Kut (ou Gosa).

C’est une philosophie qui considère que toutes les formes de vie qu’elles soient humaine, animale ou végétale, sont équivalentes en valeur sinon en qualité.
Lire la suite...
 

« Les Pauvres, les chemins de la mission »

Envoyer Imprimer PDF

Du pauvre aux exclus


Le terme « pauvre », dont l’usage est tout a fait approprié dans le langage évangélique (« celui qui a manqué »), est beaucoup plus difficile d’emploi dans un langage de type sociologique.

S’agit-il de parler d’une population dont les revenus sont inférieurs à tel seuil, jugé (de manière relative selon la moyenne des revenus de la population des pays concernés) comme seuil de pauvreté ?

Mais il existe aussi des pauvretés affectives, culturelles qui ne peuvent être évaluées en terme de chiffres…
La pauvreté reste une notion à la fois relative et polysémique…. Et je ne me retrouve guère personnellement dans ce style de discours, parfois utilisé en milieu chrétien, qui veut comparer telle forme de pauvreté à celle des autres en voulant rejoindre « les plus pauvres ». Réellement, le concept de pauvreté est difficile à manier. Et d’ailleurs, s’il est si prisé parfois, c’est qu’il permet d’éviter des questions fondamentales : riches et pauvres peuvent coexister pacifiquement…
Lire la suite...
 

Le “Hanbok” (l’habit traditionnel coréen)

Envoyer Imprimer PDF

I Descriptif


L’habit traditionnel coréen se caractérise par ses lignes simples et l’absence de poches.

Le « hanbok pour femme » se compose d’une grande pièce de tissu attachée au niveau de la poitrine qui forme une longue jupe appelée « chima » (soit simple, soit doublée, soit matelassée) et d’une veste nommée « jeogori », plutôt courte, caractérisée par des décorations délicates et les courbes des manches qui rappellent les auvents des maisons traditionnelles coréennes.

Le col blanc, attaché à l’encolure, est amovible et fait contraste avec le reste de la robe. Il participe aussi à l’harmonie de l’ensemble en mettant en valeur la ligne du cou. Une longue pièce de tissu ornementale pend verticalement devant la jupe et forme un nœud au niveau du sternum ; c’est « l’otgoreum ».

Lire la suite...
 

Le « Nolebang » comme lieu d’évasion

Envoyer Imprimer PDF


Vous connaissez le « Big Bang », mais savez-vous ce que sont les « Nolebang » en Corée ? C’est un lieu d’expression existentielle, si l’on peut dire. Ou plus simplement, une salle pour le chant (tout comme les « PC Bang », salles de jeu informatique).

La vie des Coréens se partage entre la vie sociale, la vie familiale et la « vie du chant ».

Les deux premières étant régies par les lois très rigides du confucianisme, les Coréens ont cherche un espace qui leur permette de s’exprimer librement, un lieu d’evasion. Les protocoles coréens de salutation et de présentation ne facilitant pas une prise de contact spontanée, les coréens développent une certaine résistance à la conversation « sur la pluie et le beau temps ». Le concept de « lieu expression individuelle en public » était né.
Lire la suite...
 

La Corée, les jeux, Internet et les jeunes

Envoyer Imprimer PDF

On parle beaucoup à l’étranger des jeux vidéo en pleine expansion en Corée. Qu’en est-il au juste ?


1) Est-ce différent par rapport à la situation en France ?


Oui, car ici c’est d’abord un vrai phénomène…Imaginez : des milliers de personnes crier dans un stade, les fans sont là, les banderoles sont sorties, et malgré la pluie, l’ambiance est à son comble. Mais sur la pelouse, ce n’est pas l’équipe nationale de football, mais deux adolescents (Coréens) devant des (leurs) ordinateurs. Certes c’est moins sportif, quoique avec une très bonne paire de jumelles, on doive voir les doigts s’activer sur le clavier avec une extrême agilité… Alors pourquoi un tel engouement ?
Lire la suite...
 


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Rechercher

Adresse du foyer

 
Maison Saint-Jean 435-010 
Gyeongi-do Gunpo
Dang-dong 915-15
Corée du Sud
tel: (82)(0)31-393-3569
 

Missions Etrangères

 
Les MEP
128, rue du Bac Paris
France
Tel: +33 (0)1 44 39 10 40
 


Au hasard du site...