Foyers Saint Jean, Saint Jacques et Saint Pierre

Maisons daccueil pour les enfants et adolescents défavorisés dans la banlieue sud de Séoul

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L’alcool en Corée

Envoyer Imprimer PDF

Il est difficile de ne pas remarquer le goût prononcé des Coréens pour lalcool, voire dy échapper !

Mais doù vient ce penchant qui fait vraiment pencher en cas dabus ?

Boire pour valoriser sa masculinité, boire pour se désinhiber, boire pour casser les carcans sociaux, boire parce que les autres boivent, boire pour se saouler, boire pour oublier, boire pour boire

1) Une culture de lalcool ?

La fin dun rendez-vous, deux amis qui se retrouvent, les employés après le travail, le patron qui veut féliciter

son ouvrier, le père qui découvre son gendre, ont tous à la bouche une phrase toute faite : « Soul han Jan habshida ! » (Prenons un verre dalcool !). Notez que « han » est un quantitatif signifiant « un » mais, comme en français, cela sarrête rarement à « un » seul verre !

En Corée, cette locution est une invitation à se revoir, et recevoir cette invitation signifie souvent que lon a dépassé le stade strictement professionnel ou relationnel.

Les rapports sociaux entre hommes, en Corée, sont donc « très alcoolisés », et ne pas boire nuirait même à la sociabilité de lindividu (et ceci même pour un jeune de 18 ans qui commence à travailler !). Et boire est à ce point social que le verre dalcool que lon boit doit être versé par un autre, à moins que lon soit seul (mais il est très rare quun Coréen boive seul).

« Bien » boire (traduisez « beaucoup ») pour un Coréen est une valorisation de sa force, une démonstration de son énergie, qui suscite de ladmiration.

2) La consommation de lalcool

Lalcool en Corée se consomme généralement accompagné de petits plats, les « Anjou », kimchi avec tofu, saucisses, frites, soupes pimentées, fruits de mer, tripes Si lalcool est consommé en quantité, ces petits plats sont les bienvenus, et beaucoup de bars ne vendent pas dalcool sans accompagnement « danjou ». « L’étiquette coréenne » impose que lon ne se serve pas soi-même dalcool, mais quun autre vous le serve. Cela se fait du reste avec les deux mains sur la bouteille, ou alors une main sur la poitrine, quand on verse de lalcool à quelquun qui est plus âgé ou plus élevé socialement que vous.

Ne demandez pas non plus que lon vous serve, attendez quun de vos hôtes ou invités remarque votre verre vide et vous propose de le remplir, vous nattendrez jamais très longtemps !

De même, l’étiquette est aussi dobserver les verres des autres à la recherche de ceux quil vous faudra remplir en retour.

Un détail de l’étiquette concerne les plus jeunes face à leurs aînés. Ils doivent en priorité verser de lalcool à leurs aînés, et souvent, lorsquils en reçoivent de leur part, ils le boivent le visage légèrement de coté, pour ne pas boire face à face avec leurs aînés plus âgés queux Dailleurs les jeunes filles font également ainsi lorsquelles sont en compagnie dhommes plus âgés quelles.

Un autre cérémonial consiste à tendre à quelquun son verre que lon vient de vider, et doffrir à lautre de lalcool, même si son verre à lui est encore plein alors il le boira « cul sec »… Le « cul sec » : les Coréens adorent cela Si la consommation de lalcool est une valorisation de sa force, le « cul sec » le symbolise, Cela se dit à laméricaine : « one shot » !

3)Doù vient ce goût de la consommation excessive ?

Les Coréens aiment les états dextase, Un professeur, spécialisé dans les études des comportements humains, lexplique par les croyances chamanistes :

« Les Coréens désirent senfuir de lordre rigide social qui leur est imposé et, inconsciemment, cherchent à libérer leur esprit et à pénétrer dans un état de liberté et de spiritualité effrénées et anarchiques en buvant beaucoup. Cette mentalité tire son origine des rituels chamanistes et sest développée en une espèce dinstinct particulier chez le peuple coréen. Au cours du déroulement des rituels chamanistes le chamane (« mudang ») en transes, et le public qui assiste à la cérémonie, sont unis pour parvenir à une symbiose spirituelle et communiquer avec les esprits en dansant, chantant et buvant ensemble, »

Lanthropologue Joo Yongha affirme quant à lui que lobsession contemporaine des Sud-coréens pour la boisson est apparue récemment au milieu des années 60 :

« Linterdiction par le gouvernement dutiliser le riz pour fabriquer du « makkolle », alcool grossièrement fermenté qui constituait le spiritueux le plus en vogue à l’époque, est à lorigine du succès grandissant du « sojù », autre alcool répandu dans le pays. »

4) Lhistoire de lalcool en Corée

A la fin de l’époque « Koryo », il existait trois types dalcool, les « takju » (boisson alcoolisée non raffinée de céréales fermentées), les « cheongju » (eaux de vie distillées à base de riz fermente), et les « junglyuju » (liqueurs distillées).

Lorsque lalcool distillé quest le « sojù » fut introduit en Corée par les envahisseurs mongols au XIIe siècle, les premiers abus dalcool firent leur apparition. Pourtant, la consommation excessive de « sojù » devint un problème social pendant la fin de l’époque du royaume de « Koryeo » (918-1392), forçant le roi Woo à promulguer, en 1375, un décret interdisant le « sojù ».

Au cours de la période suivante, celle du Royaume de « Choson » (1392-1910), les autorités interdirent même le « sojù », sauf en tant que médicament.

La plupart du temps, les interdictions étaient décrétées lorsque le pays était touché par des catastrophes naturelles pour économiser le grain (riz) ou lorsque les fonctionnaires remarquaient que le peuple utilisait trop de riz pour la fabrication de lalcool et pas assez pour se nourrir

Cest au début de la période de « Koryo » que lidée de « sortir boire » apparut. Des bars destinés à la classe supérieure furent établis dans la capitale du Royaume, « Kaeseong », sous la houlette du gouvernement qui désirait faire circuler les pièces de monnaie.

Dans la période « Chosun » de la Corée (avant la colonisation japonaise), les Coréens fabriquaient beaucoup eux-mêmes leurs alcools. Il en a été recensé près de 300, mais beaucoup ont été perdus aujourdhui !

Les Japonais ont interdit cette pratique en 1916, puis les gouvernements coréens aussi, les taxes sur les alcools étant une source de profit non négligeable. Cette interdiction a été levée en 1982. Les Coréens vont-ils reprendre le goût de la fabrication de nouveaux « alcool maison » ?

5) La consommation dalcool chez Confucius

Le titre peut choquer, lalcool nest pas dans les principes de Confucius ! Mais les ancêtres des Coréens actuels utilisaient lalcool pour des libations : des offrandes au Ciel ou aux ancêtres. Par contre, lexcès de boisson est prohibé par un article du code confucianiste concernant la consommation dalcool, le « Hyangeumjurae ». Ce code montre que « trop boire » nuit à la santé et aux relations sociales ; il prône la maîtrise de soi et lharmonie.

Dans la tradition confucéenne, boire était une voie d’éclaircissement, plutôt quune fête !

Apres avoir bu, une personne se levait et récitait une liste de concepts, de la piété filiale à lharmonie avec la nature, et on faisait des libations à chacun de ces termes.

6) Lalcool et le chamanisme

Pas de rite chamane sans libation ! Que ce soit pour le « kut » (rituel chamane de consultation des esprits), pour le « chesa » (rituel de piété envers ses ancêtres), ou pour le « kosa » (rituel de piété envers les esprits), on ne peut pas se passer dalcool.

Lors du « chesa » ou « kosa », loffrande dalcool, très codifiée, est même centrale.

7) Les « lendemains » de lalcool

Lendemains qui déchantent : porter une barre de plomb au-dessus des yeux, sentir ses cheveux qui poussent à lintérieur de la tête, une éponge à la place de la langue, les intestins en double nœud, limpression davoir mâché une boîte de conserve les plaisirs de la boisson se payent « comptant » le jour Dans de tels cas, essayez donc un restaurant coréen pour manger le « haejangkuk » : un bouillon dos de bœuf enrichi avec des feuilles de choux sec et de sang coagulé de bœuf. Un vrai remède miracle contre les maux de tête et les désagréments du ventre !

Et si vous êtes réticent au sang de bœuf, entrez dans une pharmacie coréenne et demandez-y en médicament contre les effets de lalcool, « soulyak ».

Quelques cachets, parfois une poudre pâteuse en bouche très efficace et une de ces petites boissons médicamenteuses, un cocktail détonant qui soigne en quelques minutes les « gueules de bois » les plus tenaces.

8) Business de lalcool ?

Publicité sur lalcool omniprésente, affiches dans tous les restaurants. Un marché juteux qui pèse lourd dans l’économie coréenne, contrebalancé par dimmenses dépenses de santé.

Toutes les célébrités de la télévision posent pour des affiches de liqueurs ou de bi

 

 

 

 

Rechercher

Adresse du foyer

 
Maison Saint-Jean 435-010 
Gyeongi-do Gunpo
Dang-dong 915-15
Corée du Sud
tel: (82)(0)31-393-3569
 

Missions Etrangères

 
Les MEP
128, rue du Bac Paris
France
Tel: +33 (0)1 44 39 10 40
 


Au hasard du site...